Kiné libéral : les démarches à faire pour bien démarrer

Kiné libéral en séance de rééducation avec un patient

Kiné libéral : exercer en profession libérale

Les kinésithérapeutes, ou kinés sont des professionnels du domaine paramédical. Il est possible d’exercer en tant que salarié en milieu hospitalier, mais aussi en libéral, dans un cabinet indépendant. D’ailleurs, plus de 85 % des kinés ont une activité libérale ou mixte1. Vous souhaitez vous lancer en tant que kiné libéral ? Voici tout ce qu’il faut savoir !

Comment devenir kiné libéral

Parmi les activités des kinés en libéral comme en salariat, on retrouve notamment la rééducation, la réhabilitation, mais aussi l’entretien des personnes souffrant de troubles moteurs ou respiratoires. Ces professionnels aident ainsi leurs patients à travailler sur leur renforcement musculaire, leur mobilité et leur endurance. Leur but est d’améliorer la qualité de vie des personnes qui font appel à eux. 

Voici les 4 étapes à suivre pour devenir kiné libéral :

  1. Vous enregistrer au Conseil Départemental de l’Ordre, qui vous délivrera votre numéro RPPS (Répertoire Partagé des Professionnels de Santé), votre caducée et votre carte de professionnel de santé. 
  2. Réaliser votre enregistrement auprès de la CPAM, qui vous déclare elle-même auprès de l’URSSAF. 
  3. Procéder à votre inscription auprès du CARPIMKO (la caisse de retraites et de prévoyance et des auxiliaires médicaux), en charge de votre régime obligatoire de prévoyance et de retraite. 
  4. Souscrire à une assurance de responsabilité civile professionnelle, obligatoire depuis 2022 avant d’effectuer tout acte médical.

Kinésithérapeute libéral : études

Pour devenir kinésithérapeute, il faut tout d’abord obtenir un diplôme d’État. Celui-ci se prépare en 5 ans : une année de sélection, puis 4 ans de préparation en IFMK (Institut de Formation de Masso-Kinésithérapie). L’accès à ce type d’école se fait après une première année en parcours spécifique « accès santé » (PASS), en L1 option « accès santé en kinésithérapie », en L1 biologie ou encore STAPS.

Il existe différents types d’IFMK : publics, privés à but non lucratif ou privés à but lucratif. Le nombre de places disponible est soumis à un numerus clausus fixé par le gouvernement chaque année. Les établissements sélectionnent donc les meilleurs profils. À titre d’exemple, pour l’année universitaire 2021-2022, celui-ci était de 2 898 places, réparties dans les différentes régions de France.

 Kinésithérapeute libéral : salaire

Le salaire d’un kiné libéral varie en fonction de la région dans laquelle il exerce, mais aussi selon la nature des actes qu’il pratique ou encore le nombre de consultations effectuées. Selon les chiffres 2018 du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, le salaire moyen d’un kinésithérapeute libéral serait de 3 000€ net par mois, une fois les cotisations déduites. Par comparaison, un kiné évoluant dans la fonction publique gagne en moyenne 1 977€ brut en tant que débutant et 3 400€ brut en fin de carrière. 

Si vous faites le choix de devenir kiné libéral, sachez qu’environ 50% de votre chiffre d’affaires représente les différentes charges : cotisations obligatoires et frais liés au cabinet.

Kinésithérapeute libéral réalisant un massage sur une patiente.

Exercer en tant que kiné libéral

L’installation en tant que kinésithérapeute libéral est réglementée : un dispositif de rééquilibrage de l’offre sur le territoire régule la présence des professionnels. Ainsi, en fonction du lieu d’implantation souhaité, des conditions d’accès peuvent être appliquées. Selon votre secteur géographique, il est aussi possible de prétendre à certains avantages encourageant votre création d’entreprise. Ainsi, il existe de nombreuses aides à l’installation si vous vous installez en zone classée « très sous-dotée » ou « sous-dotée » par l’agence régionale de santé (ARS).

Profession libérale : statut et régime fiscal

L’une des premières questions que vous vous posez sûrement si vous pensez à démarrer votre activité de kiné libéral est le statut à choisir pour votre entreprise. Si vous exercez seul, vous pourrez notamment opter pour l’un des choix suivants :

  • profession libérale en BNC (Bénéfices Non Commerciaux), avec une comptabilité simplifiée,
  • SELURL (société à responsabilité limitée unipersonnelle),
  • SELSU (société par actions simplifiée unipersonnelle)…

La plupart des kinésithérapeutes exercent en profession libérale avec le régime micro-BNC, car il a l’avantage d’avoir peu d’obligations et nécessite peu de formalités à accomplir. Cependant, ce régime s’applique uniquement si vos honoraires ne dépassent pas 32 000 € sur l’année civile. Si votre chiffre d’affaires est au-dessus, vous serez soumis au régime de la déclaration contrôlée. Le point positif est que ce modèle prend en compte les frais réels de votre cabinet.

Si vous faites le choix de vous associer, vous pourrez alors bénéficier d’autres statuts tels que : 

  • SCM (société civile de moyens),
  • SELARL (société d’exercice libéral),
  • SCP (société civile professionnelle)…

Trouver un expert-comptable pour kinésithérapeute libéral

Pour être sûr de faire le meilleur choix concernant votre statut en tant que kiné libéral, il est possible de vous orienter vers un expert-comptable. Vous pouvez trouver dans notre annuaire expert comptable un professionnel de confiance, près de chez vous.

Comme pour bon nombre de professions libérales, l’emploi du temps d’un kiné est souvent bien chargé. N’hésitez donc pas à déléguer la partie comptabilité de votre entreprise, notamment si vous dépassez le seuil des 32 000€ du régime micro-BNC. Dès lors, vous serez en effet obligé de tenir une comptabilité précise comprenant un registre des dépenses et des encaissements, un bilan et un compte de résultat, la déclaration de vos revenus via une déclaration 2035, etc.

Besoin d’infos gratuitement concernant la fiscalité, la comptabilité ou le domaine social au sujet de votre activité de kiné libéral ? Rendez-vous sur notre forum gratuit ! Posez toutes vos questions à nos membres et apportez les réponses que vous connaissez au reste de la communauté. 

Kiné libéral cherchant un expert-comptable sur internet.

Trouver sa clientèle en tant que kiné libéral

Pour vous faire connaître en tant que kiné libéral, le bouche-à-oreille compte beaucoup. Mais ne négligez pas non plus votre présence sur internet. Même si vous ne souhaitez pas avoir de site, vous pouvez :

  • créer votre fiche Google My Business,
  • indiquer votre numéro de téléphone et votre adresse sur le site des pages blanches,
  • vous inscrire sur des applications telles que Doctolib,
  • rejoindre notre annuaire des professions libérales en réalisant votre portrait en ligne.

Il est également important d’assurer à vos patients un service de qualité, de façon continue. Pendant vos périodes de congés, il est donc conseillé de trouver un remplaçant. De votre côté, si vous vous lancez dans l’aventure du libéral, il peut être intéressant de vous proposer comme remplaçant à vos confrères. 

Vous souhaitez être remplacé ou trouver un poste de kiné remplaçant ? Consultez notre liste des professionnels libéraux remplaçants ou rejoignez-les !

1 “La démographie des kinésithérapeutes : rapport 2021” – Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Kiné libéral : La fiscalité

Régime d’imposition

L’activité relève des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) lorsqu’elle est exercée à titre indépendant.

Cf. BOI-BNC-CHAMP-10-30-10 § 160

TVA

L’activité est exonérée de TVA sans possibilité d’option (article 261, 4-1° du CGI).

Cette exonération s’applique aux masseurs-kinésithérapeutes lorsque les soins qu’ils dispensent s’inscrivent dans le cadre de l’exercice de leur profession réglementée. L’article L. 4321-1 du CSP prévoit que l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute est réservé aux titulaires de certains diplômes, certificats, titres ou autorisations, et comporte la pratique du massage et de la gymnastique médicale. 

Les notions de massage et de gymnastique médicale sont précisées par l’article R. 4321-3 du CSP et l’article R. 4321-4 du CSP.  Seuls les soins prescrits conformément aux dispositions de ces textes et les massages, prescrits ou non prescrits tels que définis par l’article R. 4321-3 du CSP, bénéficient de l’exonération prévue au 1° du 4 de l’article 261 du CGI.

BOI-TVA-CHAMP-30-10-20-10 § 180

Cependant, les redevances perçues par un masseur-kinésithérapeute titulaire, dans le cadre d’un contrat de collaboration, entrent dans le champ d’application de la TVA.  Pour apprécier le seuil de la franchise en base de TVA, seules les recettes taxables à TVA sont à prendre en compte.

Frais de blanchissage

Les dépenses de blanchissage du linge professionnel (blouses, serviettes, draps d’examen…) constituent des charges nécessitées par l’exercice de la profession et peuvent être admises en déduction lorsqu’elles sont justifiées.

L’Administration admet que les dépenses afférentes aux travaux de blanchissage effectués à domicile puissent être évaluées par référence au tarif pratiqué par les blanchisseurs, à condition que le professionnel conserve une trace des calculs effectués par une mention mensuelle dans son livre journal (exemple : X blouses à X €).

Cf. BOI-BNC-BASE-40-60-30 § 360 à 380

Kiné libéral : Le social

Régime social

L’activité relève du régime des Praticiens et Auxiliaires Médicaux (PAM).

Les organismes chargés du recouvrement des cotisations sociales obligatoires sont :

  • l’URSSAF (allocations familiales, CSG/CRDS, CFP, CURPS, maladie)
  • la CARPIMKO (retraite).

Assurance maladie : prise en charge de la CPAM

Les revenus conventionnés bénéficient d’une prise en charge de la CPAM sur les cotisations à l’assurance maladie. Ces cotisations sont appelées au taux de 6,50% et bénéficient d’une prise en charge de la CPAM à hauteur de 6,40% soit un de 0,10% à charge du masseur-kinésithérapeute.

En revanche, les revenus non conventionnés (ex : redevances de collaboration perçues, actes non thérapeutiques) ne bénéficient pas de la prise en charge CPAM. Ils sont soumis au taux de 6,5% auquel s’ajoute un taux de 3,25% de CSS soit un taux global de 9,75%.