Prévoyance Madelin

Aujourd’hui nous allons parler de la Prévoyance Madelin, solution de prévoyance populaire chez les professions libérales.

Agents et courtiers proposant une Prévoyance Madelin

ASSUR’ENVIE – COURTIERS EN ASSURANCES

 

Sarah CHOLLET – AXA Prévoyance et Patrimoine

 

Assurance Allianz Chartres BROU & GUILLAUME

 

Jordan DUPLA – Agent général assurances Swisslife

 

REZGUI ASSURANCES

 


Ces contrats s’adressent à l’ensemble des travailleurs non-salariés qui souhaitent mettre en place une protection face à ce que les assureurs appellent les « accidents de la vie ».


Il faut bien comprendre que la prévoyance Madelin est différente d’une mutuelle d’un salarié qui prendrait en charge les coûts de la santé au quotidien. (la différence entre le prix d’un acte ou d’une consultation médicale et la part remboursée par la sécurité sociale)


La prévoyance Madelin va plus loin, elle a pour but de protéger les travailleurs non-salariés au premier rang duquel les professions libérales et les chefs d’entreprises de 3 grands risques : l’arrêt de travail, l’invalidité permanente et le décès.


Le principe pour un arrêt de travail est le même que pour un salarié : en cas d’arrêt le travailleur non -salarié peut percevoir des indemnités journalières complémentaires que celles prévues par la sécurité sociale (qui sont insuffisantes pour maintenir son niveau de vie). Le montant et la durée de ses indemnités complémentaires varient selon le contrat, mais elles peuvent s’échelonner jusqu’à 3 ans.


En cas d’invalidité permanente entrainant une incapacité de travail ou un décès, les contrats de prévoyance Madelin prévoient le versement d’une rente en adéquation au handicap du chef d’entreprise pour faire face à sa perte de revenus. En cas de décès, c’est la personne désignée dans le contrat qui perçoit le montant de la rente ou d’un capital. Il existe une clause régulièrement mise en place qui accompagne financièrement les enfants du chef d’entreprise en cas de poursuite d’études universitaires.


Il existe deux modes de calcul du coût d’une telle prévoyance. La première à taux fixe qui permet d’avoir une visibilité sur ses charges sociales et une seconde à taux variable qui évolue de façon régulière en fonction principalement de l’âge de l’assuré. Cette seconde méthode, qui ne permet pas d’avoir une vision précise à moyen et long terme des charges sociales de la prévoyance peut être attractive pour des professions libérales jeunes.


Car en effet, les cotisations sont déductibles à hauteur de 3,75 % du revenu professionnel auquel s’ajoute 7 % du PASS (plafond annuel de la Sécurité Sociale) soit 2 879,52 € en 2021, dans la limite de 3 % de 8 fois le PASS soit 9 872,64 € en 2021.

Attention aux critères d’exclusion comme les sports à risques, les risques psychologiques ou bien encore les douleurs chroniques.