INFIRMIERE LIBERALE

INFIRMIERE LIBERALE : tout connaître sur cette profession libérale

Infirmiere liberale à domicile prenant la tension d’un patient.

Certaines infirmières choisissent de devenir infirmières libérales, et donc de ne pas exercer au sein d’une structure, mais de façon indépendante. Elles représentent environ 18% des infirmiers1 et sont la première profession de santé libérale en France métropolitaine. Toutes nos explications sur cette profession libérale : études, salaire, statut…

Comment devenir infirmière libérale

Avant de vous lancer en tant qu’infirmière libérale, vous devez justifier d’au moins 3 200 heures (24 mois) de travail en tant qu’IDE (infirmière diplômée d’État) au sein d’un établissement de soins durant les 6 dernières années. Si vous avez arrêté d’exercer depuis plus de 6 ans, 12 mois d’expérience professionnelle supplémentaires seront demandés. Votre installation est également réglementée : certaines zones sont en effet “sur dotées” et disposent déjà de leur quota d’infirmiers libéraux. 

Voici les 7 étapes à suivre pour se lancer comme infirmière libérale :

  1. enregistrer votre diplôme d’infirmier auprès de l’Agence Régionale de Santé (ARS),
  2. vous inscrire à l’Ordre National des Infirmiers,
  3. vous enregistrer auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) pour obtenir votre carte professionnelle,
  4. vous déclarer auprès du Centre de Formalité des Entreprises (CFE) dans les 8 jours suivant la création de votre entreprise,
  5. vous affilier à la Caisse Autonomie de Retraite et de Prévoyance des Infirmiers dans les 30 jours suivant le début de votre exercice,
  6. prendre une assurance de responsabilité civile et professionnelle,
  7. adhérer à une Association de Gestion Agréée (AGA). 

INFIRMIERE LIBERALE : quelles études

Pour devenir infirmière libérale, il est indispensable d’avoir obtenu un diplôme d’État d’infirmier (BAC+3). Ce diplôme se prépare au sein d’un institut de formation en soins infirmiers (IFSI), accessible sur concours, après le baccalauréat. Il nécessite notamment la réalisation de plusieurs stages dans des établissements de santé. Au total, les infirmiers diplômés doivent avoir cumulé 2 100 heures de stage durant leurs études.

INFIRMIERE LIBERALE : quel salaire ?

Le salaire d’une infirmière libérale ou pluôtot la rémunération d’une infirmière libérale est généralement meilleur que celui d’une infirmière salariée. Mais cette profession implique une très grande disponibilité et des semaines de travail dépassant très fréquemment les 35 heures. En moyenne, les infirmières diplômées d’État libérales (IDEL) travaillent ainsi une cinquantaine d’heures par semaine. 

Leur rémunération dépend aussi de leur statut : elles peuvent ainsi être IDEL collaboratrice et exercer au sein d’un cabinet infirmier, ou bien infirmière à domicile titulaire, et travailler seule. La seconde option implique un meilleur revenu, mais nécessite également une charge de travail plus importante. Le salaire des infirmières libérales varie ainsi en moyenne entre 3 200€ et 4 000€ (avant impôt).

 

Infirmiere liberale faisant sa comptabilité sur son ordinateur.

Exercer en tant qu’infirmière libérale

Exercer en tant qu’infirmière libérale demande un minimum d’organisation. Avant de vous lancer, il est notamment important de bien choisir la forme juridique de votre activité, mais aussi de vous entourer d’un bon expert-comptable, de choisir une assurance professionnelle adaptée ainsi que des logiciels performants pour vous faciliter le quotidien. 

Profession libérale : le statut

En tant qu’infirmière libérale, vous exercez une profession libérale réglementée. Vous pouvez opter pour 4 grandes formes juridiques de sociétés :

  • l’entreprise individuelle, qui est la forme la plus répandue,
  • l’EIRL, avec laquelle vous paierez l’impôt sur les sociétés,
  • la société civile professionnelle (SCP), si vous êtes plusieurs à exercer dans une même société,
  • la société d’exercice libérale, pour lesquelles il existe plusieurs formes et qui supposent une collaboration entre plusieurs infirmiers libéraux. 

Trouver un expert-comptable pour infirmière libérale

Pour vous aider à choisir la forme juridique la plus adaptée à votre activité d’infirmière libérale, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un expert-comptable près de chez vous. Celui-ci vous aidera à prendre en compte tous les éléments nécessaires pour déterminer quelle forme de société est la plus pertinente. 

Sur le long terme, l’expert-comptable est également un précieux allié qui peut vous faire gagner beaucoup de temps dans la gestion de votre activité professionnelle d’IDEL. Il peut ainsi vous aider à réaliser toutes vos démarches administratives, ou encore vous délivrer ses conseils pour optimiser vos charges. Un précieux atout lorsque l’on sait combien le temps des infirmières libérales est compté !

Assurances professionnelles pour infirmière libérale

En tant qu’IDEL, certaines assurances professionnelles sont obligatoires pour exercer. C’est notamment le cas de la Responsabilité Civile Professionnelle, obligatoire quelle que soit la forme de votre entreprise. Elle vous permet de vous protéger en cas de faute ou d’accident professionnel vous exposant à du pénal. 

C’est aussi le cas de l’assurance automobile, si vous utilisez votre voiture dans l’exercice de vos fonctions pour vous rendre aux domiciles de certains patients. Si votre véhicule est déjà assuré pour vos besoins personnels, il peut être possible de modifier votre contrat pour l’élargir à une utilisation professionnelle. 

Enfin, l’assurance multirisque professionnelle est également obligatoire si vous avez un lieu de travail privé, comme un cabinet. Elle permet de couvrir vos locaux des différents sinistres (incendie, inondation, cambriolage…) et de pallier une éventuelle perte d’activité liée à cela. 

Pour trouver les meilleures assurances professionnelles, faites appel à un courtier en assurance près de chez vous. Ce dernier vous délivrera tous ses conseils et ses bons plans. 

Logiciels pour infirmière libérale

Posséder les bons logiciels lorsque vous exercez comme infirmière libérale peut vous économiser de l’énergie ! Nous vous conseillons notamment le logiciel Indy, qui permet de simplifier la comptabilité des professions libérales.

Vous aurez également besoin d’un logiciel de facturation adapté à votre activité d’IDEL. Ce dernier vous permettra de facturer les soins et de transmettre les factures aux différentes caisses et mutuelles. Certains logiciels du type regroupent également des fonctions agenda, gestion de patientèle, etc. 

Un logiciel de soins infirmier est également important pour vous permettre d’informatiser vos dossiers de soins. Enfin, en tant que professionnelle de santé, vous devez adopter un logiciel de messagerie sécurisé pour échanger avec vos patients, collègues et partenaires.  La réglementation sur les données de santé en France est très précise à ce sujet. Il est donc obligatoire de choisir un outil sécurisé et agréé pour les échanges des données de santé. 

Si vous souhaitez démarrer votre activité d’infirmière libérale ou que vous aimeriez échanger avec d’autres professionnels, n’hésitez pas à rejoindre notre forum des professions libérales, où vous pourrez discuter gratuitement et poser toutes vos questions aux membres.

INIFIRMIERE LIBERALE : La fiscalité

Régime d’imposition des infirmières libérales

L’activité relève des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) lorsqu’elle est exercée à titre indépendant.

Cf. BOI-BNC-CHAMP-10-30-10 § 160

TVA pour les infirmières libérales

L’activité est exonérée de TVA sans possibilité d’option (article 261, 4-1° du CGI).

Cependant, les redevances perçues par l’infirmier titulaire, dans le cadre d’un contrat de collaboration, entrent dans le champ d’application de la TVA. Pour apprécier le seuil de la franchise en base de TVA, seules les recettes taxables à TVA sont à prendre en compte.

Frais professionnels infirmière libérale

Les frais de blanchissage

Les dépenses de blanchissage du linge professionnel (blouses, serviettes…) constituent des charges nécessitées par l’exercice de la profession et peuvent être admises en déduction lorsqu’elles sont justifiées.

L’Administration admet que les dépenses afférentes aux travaux de blanchissage effectués à domicile puissent être évaluées par référence au tarif pratiqué par les blanchisseurs, à condition que le professionnel conserve une trace des calculs effectués par une mention mensuelle dans son livre journal (exemple : X blouses à X €).

Cf. BOI-BNC-BASE-40-60-30 § 360 à 380

Frais kilométriques infirmière liberale

Les frais de véhicules constituent un poste de dépense très important pour les infirmières libérales. Nous ne rentrerons pas dans le détail dans cet article mais sachez qu’il existes deux modes de déduction: les frais réels ou le forfait kilométrique.

Chèques vacances infirmière libérale.

Pour en savoir plus sur les chèques vacances attribués aux infirmières libérales, nous vous invitons à consulter notre article dédié à ce sujet : PROFESSIONS LIBERALES : optimiser son Bénéfice Non Commercial (BNC). (forum-des-professions-liberales.fr)

Autres charges déductibles

On a tendance à les oublier, mais voici une liste non exaustive des frais qui peuvent être pris en déduction : Achat pharmacie, petit outillage (téléphone, ordinateurs…) forfait téléphonique, eau, edf, loyer, formation, repas et réceptions…

Frais de coiffeur infirmière libérale

Attention certaines dépenses ne sont pas admises en déduction. C’est le cas, par exemple des frais de coiffeur, qui comme les frais de vêtements ne sont pas déductibles de votre bénéfice!

INIFIRMIERE LIBERALE : Le social

Régime social des infirmières libérales

L’activité relève du régime des Praticiens et Auxiliaires Médicaux (PAM).

Les organismes chargés du recouvrement des cotisations sociales obligatoires sont :

  • l’URSSAF (allocations familiales, CSG/CRDS, CFP, CURPS, maladie)
  • la CARPIMKO (retraite).

Assurance maladie : prise en charge de la CPAM

Les revenus conventionnés bénéficient d’une prise en charge de la CPAM sur les cotisations à l’assurance maladie. Ces cotisations sont appelées au taux de 6,50% et bénéficient d’une prise en charge de la CPAM à hauteur de 6,40% soit un de 0,10% à charge de l’infirmier(e).

En revanche, les revenus non conventionnés (ex : redevances de collaboration perçues, actes non thérapeutiques) ne bénéficient pas de la prise en charge CPAM. Ils sont soumis au taux de 6,5% auquel s’ajoute un taux de 3,25% de CSS soit un taux global de 9,75%.

1Chiffres MACSF 2021